Carnet de route

Une course superbe !

Sortie :  ARETE N-O PETIT ASTAZOU du 01/09/2012

Le 11/09/2012 par Benne Antoine

 

L'objectif de la sortie était l'arête nord ouest du Petit Astazou, une très jolie arête en escalade facile qui mène au sommet du Petit Astazou (à 3012m tout de même, il cache bien son jeu sous son nom... :)), soit plus de 500m d'escalade, le tout dans le magnifique cirque de Gavarnie, une des plus belles courses des Pyrénées!
Le samedi a été très tranquille, après un diner (à midi donc ;) ) sous le soleil à Gavarnie, nous sommes montés au Plateau du Pailla en seulement 1h30 de marche, ce qui nous a laissé tout le loisir de prendre l'après-midi en mode décontracté, photos, équilibrage de roc, montage de cairns et escalade sur blocs...
Le lendemain matin réveil pas trop tôt, seulement 6h, petit déjeuner rapide, dégel et pliage des tentes, 7h on décolle en direction du Glacier du Pailla 600m au dessus de nos têtes. La montée est rapide, on trace notre route dans des couloirs herbeux en mode "Isard". On gagne ainsi rapidement le pied de ce qu'il reste du Glacier du Pailla, on en profite pour faire quelques photos, étant les témoins des dernières heures de nos chers glaciers pyrénéens... :cry:.
Encore un petite heure de marche et nous gagnons enfin le pied de l'arête, il est 8h30 on s'équipe dans un vent glacial, je regrette déjà d'avoir décidé de grimper en chaussons... 9h00 départ dans la voie, Laurent et Thierry grimpent ensemble et partent devant, Romain et moi formant la deuxième cordée mazamétaine du jour. Les deux premières longueurs sont très faciles et peu protégeables, on est en corde tendue, on avance vite et on rattrape une cordée partie environ une heure en avance sur nous. Vient le premier ressaut et les premières difficultés, l'escalade commence vraiment et le froid se fait toujours sentir.
On enchaine quelques longueurs très belles, tantôt sur le fil de l'arête, tantôt un peu dans la face. La vue est magnifique, mais on sent que ça ne va pas durer, derrière nous la Munia, mais aussi le Vignemale, ou le Taillon sur notre droite commencent à se barder d'une coiffe nuageuse qui ne semble pas être éphémère... On continue de grimper, on tire quelques longueurs, les attentes au relais sont terribles pour mes orteils, la prochaine fois je grimperai en "grosse", c'est dans la tête de toute façon... Après environ 1h-1h30, nous arrivons sur un replat, la voie bifurque alors à gauche dans la face et laisse momentanément l'arête... et le soleil! Nous sommes désormais dans l'ombre, au relai suivant je craque, je mets ma doudoune habituellement réservée aux bivouacs, je me dis que je ne vais pas la garder longtemps, je ne le sais pas encore mais en réalité elle ne me quittera plus jusqu'au sommet! Les longueurs s'enchainent, je perds une sangle au passage, heureusement le premier de la cordée que nous venions juste de doubler la récupère et me la rend au relai suivant. La voie suit désormais le fil de l'arête et l'ambiance est très gazeuse! Des deux cotés du vide et derrière n'en parlons pas, le village de Gavarnie et même le Plateau du Pailla pourtant 400m au dessus semblent minuscules. Romain se sent un peu en difficulté dans un passage aérien et engagé, je le comprends, je ne me serais pas senti à l'aise non plus si j'avais du y passer en tête! Grace à l'aide et l'expérience de Thierry et Laurent il parvient à passer mais nous allons maintenant tous s'encorder ensemble derrière Laurent, d'autant plus que l'heure tourne il est déjà 13h et nous sommes encore environ 150m-200m sous le sommet. De belles longueurs suivent, parfois dans le brouillard et toujours dans l'ombre, mais nous avançons plus vite et c'est du coup moins dur pour mes orteils... enfin tout est relatif!
Nous débouchons ensuite sur une longue traversée, environ 20m quasiment à l'horizontale très gazeuse et peu protégeable, qui nous mène dans la face sur notre gauche au pied d'une grande cheminée semblant déboucher sur l'arête sommitale. Laurent s'y engage, et installe un relais, en temps que seconds de cordées Thierry, Romain et moi sommes un peu plus rassurés! Une fois dans la cheminée l'escalade devient un peu stressante, le rocher n'est pas très bon, il faut faire très attention à ne pas faire tomber des blocs. Finalement cette cheminée nous emmène presque directement sur l'arête sommitale en deux ou trois longueurs, il ne reste plus qu'à franchir une dernière petite cheminée et nous voilà sur l'arête, la vue sur la face nord du Mont Perdu est saisissante!
Une centaine de mètres sur l’arête à l’horizontale nous amène au sommet du Petit Astazou !!! Ca y est nous y sommes ! Le premier 3000 pour Romain ! 
Il est 15h, on mange rapidement un bout, pas le temps de trainer car nous avons un deuxième objectif, le Grand Astazou 3071m, seulement à 45min de marche en suivant l’arête. Nous nous lançons tantôt dans le brouillard tantôt au soleil, mais ces brumes « respirantes » suffisent à nous décourager de redescendre par le chemin le plus direct, à savoir les fameux Rochers Blancs, on sait déjà que le retour par Tuquerouye sera long, très long !
Après quelques efforts nous sommes donc au sommet du Grand Astazou, le deuxième 3000 de la journée, le deuxième tout court pour Romain et.... le centième 3000 Pyrénéen pour Thierry !!!
Quelques photos dans le brouillard et nous voilà déjà repartis, il est 16h et on cherche désespérément cette fameuse vire qui mènerait directement à la Brèche de Tuquerouye... en vain. Après quelques hésitations nous aboutissons à la conclusion qu’ il n’y a pas de vire ou en tous cas qu’on ne la trouve pas, l’heure tournant on décide donc de descendre au plus vite en direction du Lac Glacé. Un bon couloir assez raide nous fait gagner un temps précieux, attention aux chutes de pierres tout de même...
La suite, des cailloux, des cailloux et encore des cailloux, puis une belle vire au dessus du Lac Glacé, puis une grosse remontée heureusement courte jusqu’à la brèche de Tuquerouye. Rapide visite du célèbre refuge, on blague avec quelqu’un qui est venu jusqu’ici à pied depuis les Alpes ! Il est déjà 18h, je finis mon croque monsieur et c’est reparti ! Grosse descente tout d’abord dans le couloir de Tuquerouye (boueux en cette saison), puis passage à la borne du même nom. De là la vue s’étale sur la vallée et le Cirque d’Estaubé, il nous reste encore un long chemin !
Long chemin mais bon chemin, nous apprécions tous de marcher à présent sur un vrai bon sentier de randonnée, une autoroute comparée à tout ce que nous avons emprunté jusqu’à présent... Le rythme s’accélère donc et nous parvenons ainsi rapidement à la Hourquette d’Alans, dernier col de la journée à 2430m d’altitude ! Il est 8h du soir la technologie moderne nous permet d’appeler nos moitiés restées à la maison pour les rassurer, car le chemin est encore long, on s’apprête à passer une courte nuit !
Après environ 1h de descente, nous regagnons enfin le camp de base sur le Plateau du Pailla, on récupère le matériel de bivouac laissé là caché sous un pin. Laurent se fait une petite soupe gratinée aux oignons, un must d’après lui :) quant à moi je termine un gros morceau de gâteau au chocolat gardé soigneusement tout au long de la journée. 21h30, on repart cette fois direction Gavarnie et la voiture à la lueur de nos frontales. La descente nocturne est des plus agréables et bizarrement un regain de forme nous fait apprécier le moment ! On croise quelques vaches au regard toujours aussi intriguant et intimidant même en pleine nuit, puis nous gagnons le Scénic du garage du Nouvella ! Il est 23h00, on charge la malle, c’est parti pour la longue route jusqu’à notre lit, mais que la journée était belle ! Vivement la prochaine ! :love2: 

:bye:  

Antoine

 

Voir le Diaporama







CLUB ALPIN FRANCAIS MAZAMET
41 RUE GALIBERT PONS
81200  MAZAMET
Contactez-nous
Tél. 06 24 05 45 64